Quels sont les causes du mensonge chez les adultes ?

Quels sont les causes du mensonge chez les adultes ?

 

Dans l'article précédent, comment arréter de mentir que quotidien,
j'ai partagé avec vous une exercice EFT guidé.
Le mensonge est la conséquence du dénie de la vérité.

Aujourd'hui, je voudrais partager
ma perception sur le mensonge
et pourquoi nous mentons en tant qu'adulte.

Cet article est fortement synthétique,
car il y aurait beaucoup à dire sur le sujet, merci de votre compréhension.

Pour comprendre comment le mensonge 
devient un mode de vie ou presque,
nous devons regarder la façon dont, enfant,
les adultes gèrent nos bêtises.

Lorsque nous sommes enfants,
nous sommes pleins de vitalités,
nous vivons plutôt avec les émotions
qu’avec un mental,
nous n’avons pas de maîtrise ni de discipline de soi.

Lorsque nous faisons une bêtise, (casser le vase de maman),
Sauf exception, nous ne le faisons pas volontairement.
C’est souvent, dans l’enthousiasme d’un jeu.

Hors, comment la bêtise est-elle gérée par les adultes ?
Sauf exception, ceux-ci vont crier, punir, « attaquer l’enfant »,
dont la réaction logique sera la peur.
Si la réaction punitive est exceptionnelle,
une répétition amène une réaction de peur à la punition.
Ce n'est pas tant la punition, que la douleur liée à la punition.

Les « parents » (sauf exception) ne savent pas
accompagner l’enfant dans la bêtise réalisée,
afin qu’il en retire une maturité, une responsabilité,
une maitrise de soi.

Dès lors, pour l’enfant, le mensonge devient l’arme anti-punition
par excellence, l’arme anti-peur.

Le mensonge est utilisé pour éviter la douleur,
pour éviter d'affronter le Réel et ainsi maturer.

 

la peur de la vérité

Quand la peur vient dans la solitude…

 

Mais ce n’est pas tout, l’adulte utilisant facilement 
le mensonge au quotidien… il en vient à montrer
à l’enfant que mentir est d’usage courant.

L’adulte montre à l’enfant que nier la vérité,
ne pas la dire, la cacher est d’usage courant et « normal ».

C’est ainsi que en tant qu’adulte,
nous sommes les premiers à mentir facilement au quotidien
par – peur – de ce que fera ou ne fera pas l’entourage,
par peur de ce qu'il pensera ou pas etc.
et à tort ou à raison.


Si la vérité libère… elle en est, pas moins, douloureuse.

Ceci étant, un autre aspect du dénie de la vérité,
de la Réalité, est la douleur que cela suscite en soi.

Un enfant ou un adulte peuvent mentir
sur leur situation, sur la réalité,
pour la simple raison que la vérité fait mal.

Un enfant abandonné pourra mentir
sur la vie de ses parents.
Le papa est un agent secret qui voyage beaucoup.
Je me suis perdue et maman me cherche 
et elle me retrouvera… etc.

Les adultes, confrontés à un décès d’un proche (par exemple),
peuvent nier la vérité (la Réalité) pour ne pas sentir la douleur.

Sans entrer dans les détails, trop long pour un article,
il faut comprendre que le mental fonctionne
avec des créations mentales (c’est le cas de dire).

Plus il refuse la vérité (la Réalité),
Plus il s’attache à sa représentation du monde.
Mentir consiste à maintenir, entretenir, créer
une représentation fausse de la Réalité.

Sauf exception, mentir n’a pas de but « méchant ».
Mentir consiste à vouloir vivre dans SA réalité personnelle,
dans une création nouvelle, renouvelée ou ancienne.

Le problème, étant, que plus nous refusons la vérité,
plus nous sommes amenés à mentir, à créer une illusion en nous.
Car si la vérité libère… elle est vécue comme douloureuse…
car là où la vérité s’exprime, c’est notre représentation du monde
qui doit disparaître, qui doit se restructurer.

C'est un processus de perte, de deuil et de renouvellement.

Je vous indique les 5 étapes du deuil…
qui appliqué à confronter la vérité,
elles vous permettront de maturer, grandir, vous renouveler.

•    Le choc
•    La colère
•    Le marchandage (si je fais… est ce que je peux obtenir que…)
•    La tristesse
•    L’acceptation.

Ceux sont les étapes du deuil de sa représentation mentale (de son moi)
qui permettent un réajustement, une libération en lien avec la Réalité réelle.

En conclusion, peut-on vivre dans la totale vérité ?

Dans un monde idéal et de conscience éveillée et mature
peut-être que nous pourrions être vrais avec soi-même
et dans la relation aux autres et il n'y aurait nécessité de mentir.

Dans notre monde, notre société…
je crois que nous pouvons confronter la vérité sur nous
afin d'assumer nos différends aspects.

Plus nous assumons qui nous sommes,
ce que nous avons fais et vécus,
moins il y a de peur à l'exprimer,
si l'entourage le découvvre.

Nous assumer nous permet d'être fort
et de nous adapter au nécessité, 
au réactions de l'entourage.

Je ne suis pas partisan de dire 
"la vérité vraie à tout bout de champ et dans nos relations".

Pourquoi ?

C'est une manque de respect et de délicatesse
par rapport au personne moins "éveillé",
moins "mature" que soi… et possiblement
c'est abuser de sa force, de sa confiance personnelle.

Pour ma part, je conseillerais que se défaire de la vérité,
avoir une démarche de "moins mentir",
c'est faire une démarche pour renoncer à la peur
des autres et de soi… c'est une démarche personnelle et Spirituelle.

De plus, la Réalité reste la Réalité,
quoi que désire le mental.
Donc plus j'accepte la Réalité,
plus je suis fluide, mouvant, confiant, aimant.

Le sujet ouvre à bien des compréhensions,
que je laisse à une autre histoire.


Prenez ce qui vous convient… et laisser le reste.

Amitié.

Quels sont les causes du mensonge chez les adultes ?
4 (80%) 1 vote

Laissez un commentaire